26 déc. 2008

Best Of 2008

1ere partie (indie/folk/pop)

Fleet foxes "White winter hymnal"
She & Him "Why do you let me stay here ?"
Mistery Jets "Young love"
Golden Silvers "Arrows of Eros"
MGMT "Electric feel"
The Long Blondes "Century"
The Kills "Cheap and cheerful"
CSS "Left behind"
Boy Crisis "Dressed to digress"
Tv On The Radio "Golden age"
Chester French "She loves everybody"
The Ting Tings "Shut up and let me go"
Ladyhawke "Paris is burning"
Magistrates "Make this work"
Vampire Weekend "A-Punk"
Thomas Tantrum "Rage against the tantrum"
Those Dancing Days "Run run"
The Last Shadow Puppets "My mistakes were made for you"

Lykke Li "I'm good I'm gone"
Jamie Lidell "Another day"
Solange "I decided"
Erykah Badu "Honey"
The Knux "Capuccino"
NERD "Everybody nose"
Q-Tip "Move"
Gnarls Barkley "Run"
Chase And Status "Against all odds"
Roots Manuva "Buff nuff"
Dizzee Rascal & Calvin Harris "Dance wiv me"
Wiley "Wearing my rolex"
Kid Cudi vs Crookers "Day 'n' nite"
Dj Q ft Mc Bonez "You wot"
Kid Sister "Pro nails"
Kanye West "Paranoid"
Estelle "American boy"


Metronomy "Heartbreaker"
Flairs "Truckers delight"
Air France "Colapsing at your doorstep"
The Shortwave Set "Now Til 69" (Aeroplane remix)
Eine Kleine Nacht Musik "La Serenissima"
Kelley Polar "Entropy reigns"
Fan Death "Veronica's veil"
Hercules & Love Affair "Hercules theme"
Moby "I love to move in here" (Holy Ghost! remix)
Walter Meego "Forever" (Escort remix)
Hot Chip "Ready for the floor"
Filur ft Prins Nitram "20 Lashes"
Kraak & Smaak "Squeeze me"
Nina Simone "Take care of business" (Pilooski edit)

17 déc. 2008

Emission du 17 Décembre 2008

EMMY THE GREAT "We Almost Had A Baby"
DEERHUNTER "Agoraphobia"
BOY CRISIS "L'Homme"
FOL CHEN "Cable TV"
FAN DEATH "Veronica's veil"
THE NEW SINS "Feelings (have changed)"
LITTLE BOOTS "Meddle"
LA ROUX "Quicksand"
WE HAVE BAND "Oh!"
MASTER SHORTIE "Dead end"
LADY SOVEREIGN "I got you dancing"
WILEY "Cash in my pocket" (ft. Daniel Merriweather)
N.A.S.A. "Money" (ft. David Byrne, Chuck D, Ras Congo, Seu Jorge & Z-Trip)
Q-TIP "Move"

Télécharger l'émission

Bonnes fêtes de fin d'année et rendez vous le 7 Janvier.

Merry Xmas and New Year's Eve, next podcast on January 7th.

Feliz Navidad y Año Nuevo, el próximo podcast en 7 de Enero

11 déc. 2008

Fujiya & Miyagi

Poste à Galène, 10 Décembre 2008.

Le principal handicap des Fujiya & Miyagi ça n'est ni leur manque de charisme ni le coté répetitif de leur musique mais bien le nom qu'ils se sont choisi.
Bien incapable de prononcer sans bafouiller leur nom à l'antenne depuis leur premier album il y a une paire d'années, nom qui plus est trompeur puisqu'ils ne sont ni deux ni Japonais (qui a dit Nippon ni mauvais ?).

Sur scène en tout cas ils sont quatre, un gars au clavier, un batteur, un bassiste et un chanteur/chuchotteur à la présence parfois limite, ne communicant que très rarement avec le public.
La salle pas pleine et l'assistance bien engourdie par le froid a pas du énormément les motiver cela dit, mais les Anglais ont livré un concert des plus agréables, fidèle à leurs disques longs en bouche et souvent irrésistibles.

Leur style est à la croisée de genres qui ne se rencontrent pas si souvent, basé sur des rhytmes métronomiques proches du krautrock de Can ou de l'electro vintage de Suicide mais avec un coté pop assumé et accessible, avec ici et là quelques touches de disco pour remuer les popotins des premiers rangs.

Les singles sont diablement efficaces, de "Ankle Injuries" aux plus récents "Knicerbocker" et "Uh", avec une préférence pour le très Loose Joints "in one ear and out the other" qui relève sensiblement la sauce, suivi peu après du toujours redoutable "Collarbone".Au rappel c'est leur penchant experimental qui vient clore le set avec l'instrumental hypnotique "Electro Karaoke".

On peut s'étonner qu'avec une musique aussi dansante les membres du groupes soient aussi statiques mais force est de constater qu'il n'y eut aucun temps mort ni fausse note.
Souhaitons leur de rassembler plus de monde s'ils viennent à repasser dans le coin, pourquoi pas à Marsatac qui les avait révelé, car le potentiel des albums ne s'est nullement démenti en live ce soir.

10 déc. 2008

Emission du 10 Décembre 2008

FAN DEATH Veronica's Veil" (Erol Alkan's Extended Rework)
ARCHITECTURE IN HELSINKI "That Beep"
CHESTER FRENCH "She loves everybody"
COMMON "What A World" (ft. Chester French)
KANYE WEST "Paranoid" (Ft. Mr. Hudson)
A-TRAK "Me and my sneakers" (ft. Lupe Fiasco)
CHASE AND STATUS "Running"
COUNT AND SINDEN "Fool in love" (ft. Ny)
METRONOMY "A Thing For Me" (Sinden remix)
DJ MUJAVA "Township Funk" (Sinden Remix)
MAYER HAWTHORNE AND THE COUNTY "Just Ain't Gonna Work Out"

Télécharger l'émission

3 déc. 2008

Emission du 3 Décembre 2008

TITUS ANDRONICUS "Titus Andronicus"
TANTRUM "Rage against the Tantrum"
STRICKEN CITY "Lost art"
DESMOND & THE TUTUS "Pictures"
FUJIYA & MIYAGI "Uh"
JENSEN SPORTAG "Power Sergio"
SIA "Buttons" (CSS Remix)
QUIXOTE "Before I Started To Dance"
FINDLAY BROWN "Promised land" (Pilooski edit)
LULLABIES IN THE DARK "Iridium"
HARDKANDY "Dunks"
JIMMY SMITH "God Rest Ye Merry Gentleman" (Oh No Remix)

Télécharger l'émission

26 nov. 2008

Emission du 26 Novembre 2008

SAM TAYLOR-WOOD & PET SHOP BOYS "I'm In Love With A German Film Star"
THE BPA "Seattle" (ft. Emmy the Great)
FRANZ FERDINAND "Ulysses"
ELVIS PRESLEY "Crawfish" (Pilooski edit)
VAMPIRE WEEKEND "The Kids Don't Stand A Chance" (Chromeo Remix)
CHESTER FRENCH "She Loves Everybody" (Neptunes Remix)
ALICE RUSSELL "Hesitate"
THE BAMBOOS "King Of The Rodeo" (Ft. Megan Washington)
FORT KNOX FIVE "Funk 4 Peace" (ft. Mustafa Akbar)
A SKILLZ VS KRAFTY KUTS "Happiness"
LONDON ELEKTRICITY "All Hell Is Breaking Loose"
DJ MEHDI "Tunisia Bambaata"

Télécharger l'émission

Anything Maria + François Virot

Cela fait bien longtemps que je ne m'étais pas arrêté rue Poggioli, ayant pourtant de bons souvenirs du Poulpason dont la programmation des débuts était réjouissante.
Rebaptisé le "Baby" depuis quelques mois et avantageusement relooké, le lieu devrait retrouver progressivement de sa superbe avec l'ancienne équipe du Paradox, qui propose ce soir un beau plateau indé.

Arrivé un peu trop tard pour Johhny Hawaii, c'est avec Anything Maria que la soirée commence devant un public clairsemé mais attentif.
Le rock de la Marseillaise m'avait déjà laissé une très bonne impression il y a quelques mois, et cela se confirme une nouvelle fois, il se passe quelque chose sur scène d'assez intense.
Drapée dans une robe des grands soirs et simplement appuyée de quelques beats primitifs, c'est avec sa guitare qu'elle distille ses compositions tour à tour noisy, planantes, avec parfois des plages instrumentales nourries au post-rock.

Le coté aride peut rappeler les débuts de Liz Phair et Pj Harvey tandis que d'autres titres évoquent des courants plus récents.
Un morceau avec une complice munie d'un megaphone fait un peu electroclash tandis que son incantation finale avec la batterie se rapproche des groupes anti-folk et prépare le terrain pour l'artiste suivant.

Le lyonnais François Virot a le désavantage de passer à une heure un peu tardive pour un mardi, certains s'en vont et d'autres sont moins receptifs mais c'était un set bien agréable.

Un style un peu proche de Yeasayer ou Animal Collective avec un chant affolé et un jeu de guitare faussement dissonant qui varie parfois pendant le même morceau.
Farouchement underground mais relativement accessible à l'image d'une reprise réussie du "Dancing Queen"d'Abba.

20 nov. 2008

Elli Medeiros

Espace Montévidéo, 19 Novembre 2008

C'est la première fois que je me rend dans ce complexe culturel accueillant, à la programmation intéressante mais très pointue.

Ce soir toutefois ce sont à la fois des souvenirs d'enfance et ceux de la découverte tardive d'un autre rock Français qui motivent ma présence.
Tout le monde connaît "Toi moi toit", rengaine libidineuse parmi les plus jouissives des années 80, quelques uns se souviennent éventuellement de "A Bailar Calypso" mais trop peu connaissent le passé punk d'Elli Medeiros qui lui valent d'avantage la réputation d'icône underground que de "one hit wonder".


C'est cette facette là qui domine ce soir le concert court mais intense de l'ex-Stinky Toys, accompagnée d'un groupe aussi à l'aise dans la new wave que le reggae, avec de purs riffs millésimés 77 qui ont un drôle d'écho dans cette enceinte feutrée.
Je ne sais pas ce valent les concerts de ses contemporaines Siouxsie, Ari Up ou Nina Hagen aujourd'hui mais autant son dernier album était boursouflé et décevant autant cette prestation m'a enthousiasmé.


A aucun moment on a l'impression douloureuse de voir d'une star sur le retour, plutôt un petit bout de femme en tenue Baggy qui, une fois sur scène, se transforme en bombe sensuelle qui électrise son monde avec une énergie inépuisable et une facilité déconcertante, capable de transfigurer le "My heart belongs to Daddy de Marilyn que ses propres classiques, "Toi mon toit" bien sûr et les plus anciens "Lonely lovers" et "Chica chica bongo" dans des versions ultra dansantes.

Lors de la ballade "L'ailleurs" elle fait remarquer avec malice que le nom de la salle est aussi celui de la ville où elle est née, et que ce soir les équipes de foot de France et l'Uruguay s'affrontent amicalement.

Pas sûr que le match en question reste dans les mémoires mais ceux qui avaient la chance d'être au bon endroit ce soir là garderont un excellent souvenir de ce concert.

(photo Pirlouiiit)

Emission du 19 Novembre 2008

CLINIC "Tomorrow" (DFA Remix)
CUT COPY "Far Away" (Hercules and Love Affair Remix)
FRIENDLY FIRES "Paris" (Aeroplane Remix)
JEAN ON JEAN "Tonight"
QUITZOW "Sponsor (it didn't mean a thing)"
ANYTHING MARIA "High addiction"
TECHNICOLOR HOBO "Kill (What's inside of me)"
MISTER MODO & UGLY MAC BEER "Not Afraid" (Ft. Jessica Fitoussi)
GLASS CANDY "Geto boys"
CHASE AND STATUS "Against All Odds" (Feat. Kano)
WILEY "Cash In My Pocket" (Ft. Mark Ronson & Daniel Merriweather)

Télécharger l'émission

18 nov. 2008

GZA/Genius

17 Novembre 2008, Poste à Galène.

Même si programmé un lundi et à un prix un peu prohibitif, on peut s'étonner que GZA/Genius n'ait pas attiré les foules, alors son comparse Method Man a rempli par deux fois le Dock des Suds, sa date initialement prévue à l'Espace Julien est finalement déplacée au Poste à Galène.
Lequel est du coup plein à craquer de fans tout de Wu-Wear vêtus, un public presque exclusivement masculin qui est sans doute le plus patient qui soit, avalant sans broncher un retard, hélas habituel chez les stars du genre, d'au moins une bonne heure et demi.


Pas de nouvelles de Lethal Bizzle qui devait faire la première partie, c'est un dj anonyme (français à priori, si quelqu'un le connaissait...) qui se charge de faire monter la pression avec des galettes efficaces, de Aesop Rock aux Beatnuts en passant par Prefuse 73.

Passé ces quelques bémols, autant le dire, c'est très agréable de voir un concert hip hop US dans une petite salle, le son est nettement plus maîtrisé qu'à l'accoutumée et l'ambiance est assez énorme.
Et c'est également sympa pour les premiers rangs de toper la main à un grand mc, ce soir accompagné de l'imposant Killah Priest, et vu le sourire des deux gaillards peu habitués à jouer aussi près de leurs afficionados laissent penser que le kif est réciproque.


GZA commence évidement son show avec son classique "Liquid swords" repris en choeur et enchaîne les classiques de sa discographie solo, notament les récents "Paper plate" et "Alphabets" mais aussi celle de son groupes, toujours plaisant de d'onduler sur les grooves imparables que restent "Triumph" et "Reunited".
Il y a l'inévitable hommage à Ol Dirty Bastard avec "Shimmy Shimmy Ya dont un spectateur brandit avec ferveur une affichette à ce moment là.


Le concert n'est pas un brin visuel, contrairement à d'autres, son jeu de scène est sobre et les gestisculations sont plus l'apanage de Killah Priest.
Plus statique tu meurs, avec souvent une main dans la poche, on pourrait le trouver pépère le GZA mais cette force tranquille a du coup un flow précis, tranchant et intelligible, ne haussant le ton que sur quelques punchlines significatives.


Comme souvent la prestation est assez courte comparée à l'attente mais bon, les amateurs du genre y ont assurément trouvé leur compte.

(photo Pirlouiiit)

16 nov. 2008

Cocoon + Little

Espace Julien, 16 Novembre 2008.

Deuxième passage en quelques mois seulement à Marseille pour Cocoon dont le succès ne se dément pas.Après un Poste à Galène complet en Janvier ils remplissent l'Espace Julien comme un oeuf.
Un engouement qui me dépasse un peu, mais il faut croire qu'à l'instar des groupes à guitares en "the" il y a deux trois ans ce sont les folkeux qui ont la côte en ce moment.

En première partie la petite Little amuse un public qui ne connaissait visiblement que son single "J'veux des violons" et snobe le reste.
Pourtant avec un timbre vocal proche d'Emilie Simon et une musique feutrée aux délicieux accents 60's elle a le mérite de proposer une pop sucrée aux textes faussement naïfs, souvent piquants.
Je regrette assez d'avoir raté le début, les transports en commun le dimanche étant toujours très aléatoires.

Après un changement de plateau bien longuet le groupe prend place sous des applaudissements déjà très nourris.

Le duo Auvergnat formé par Morgane Imbeaud et Mark Daumail s'est enrichi pour cette tournée d'un batteur et d'un bassiste dont les origines Australiennes donneront lieu à un interlude assez drôle utilisant le décor (des Polaroid géants) à très bon escient.

Dommage par contre que les anecdotes et blagues étaient systématiques entre chaque morceau, en une heure trente de concert, au moins un quart d'heure de gaché avec du blabla niveau collège très dispensable.
C'est bien d'être complices et second degré (comme avec cette reprise ni faite ni à faire de Tokyo Hotel) mais à la longue le plaisir d'écouter leurs belles compositions en est amoindri.

Mis à part ce bémol, le concert est aussi agréable que le disque, sous haute influence Elliott Smith, Belle & Sebastian, Calexico, les deux voix se complètent bien, le son est excellent.Evidément les titres enjoués "On my way", "Vultures" et "Chupee" sont les plus acclamés, mais sur des titres plus sobres comme "Cliffhanger" on n'est pas très éloigné des artistes précités niveau intensité.
Quelques inédits qui seront sur leur prochain album plus une cover passable du "Hey Ya" d'Outkast et nos jeunes gens s'en vont laissant la plupart ravis.

12 nov. 2008

Emission du 12 Novembre 2008

LAUGHING LIGHT OF PLENTY "The rose"
SCHOOL OF SEVEN BELLS "Connjur"
THE ASTEROIDS GALAXY TOUR "Around the bend"
FINDLAY BROWN "All That I have"
THE BPA "He's Frank" (ft. Iggy Pop)
JAZZANOVA "I Can See" (ft. Ben Westbeech)
CHESTER FRENCH "She Loves Everybody"
A.SKILLZ VS KRAFTY KUTS "Happiness"
CHASE AND STATUS "Running"
GZA "Life Is a Movie"
Q-TIP "Shaka"
SAM COOKE "A change is gonna come"

Télécharger l'émission

11 nov. 2008

Antibalas

Cabaret Aléatoire, 10 Novembre 2008.

Le festival Tighten Up initié par le dj Selecter The Punisher ne pouvait pas mieux se clôturer avec les New Yorkais d'Antibalas, groupe/troupe groove par excellence.


Dans une salle correctement remplie pour un week end ferié le collectif de Brooklyn a ravi un public enthousiaste qui ne cessa de dodeliner deux heures durant.

Je ne sais pas si c'était calculé mais la tournée de ce groupe métissé au possible (Noir-Blancs-Latinos) est totalement raccord avec la page d'histoire écrite il y a quelques jours à peine.

Si la frustration et le dégoût des années Bush sont au cœur des textes de leur récent album "Security", c'est ragaillardis par l'euphorie de l'élection d'Obama qu'ils livrent une prestation radieuse et puissante.

Pas forcément emballé par certains titres strictement afro beat un peu "plan plan" mais totalement convaincu par les envolées jazz et salsa et l'énergie communicative de cette dizaine de surhommes.

Avec une section de cuivres infatigable (quel saxo!) des percussions tribales qui provoquent la transe, la dernière demi heure est une fois n'est pas coutume la plus enthousiasmante, la plus impressionnante et aussi la plus épuisante.

Quelques minutes seulement après la fin, tout ce petit monde vient prendre l'air avec le public restant, comme si c'était une simple fête entre amis, la grande classe.

5 nov. 2008

Emission du 5 Novembre 2008

MOCK & TOOF "Underwater"
WINDSURF "Light As Daylight"
WOOLFY VS PROJECTIONS "Neeve"
CHAIRLIFT "Evident Utensil"
MARY KATE O'NEIL "Happy"
FINDLAY BROWN "Promised land" (Pilooski edit)
FRIENDLY FIRES "Paris" (Aeroplane remix)
ROBYN "Cobrastyle" (The Bloody Beetroots Remix)
PUPPETMASTAZ "Mephistopheles" (Modeselektor Remix)
MOS DEF "Life In Marvelous Times"
THE KNUX "Bang bang"

Télécharger l'émission

Alpha

4 Novembre 2008, Poste à Galène.

Alpha fait partie des formationss dont les disques, catalogués trip hop par défaut, se suivent et se ressemblent, mais cela ne saurait excuser l'indifférence dans laquelle ils sortent, avec une promo et une distribution indignes de leur talent.

Surprise divine que ce concert au Poste à Galène, alors qu'un an s'est écoulé depuis la sortie de leur dernier opus "The sky is mine" et que le prochain, une collaboration avec Horace Andy n'est prévu que pour dans quelques mois.

Comme on pouvait le craindre en début de semaine avec une météo calamiteuse et un match au Vélodrome la salle est déserte, peut être une trentaine de happy few à tout casser venus assister à une performance solaire parfait antidote à la morosité ambiante.

Elle semble loin l'époque (1997) de leur sublime "Come from heaven", la presse musicale alors encore vraiment curieuse ne tarissait pas d'éloges sur ce groupe céleste, qui nous a malgré tout livré ce soir un des moments forts de 2008.

Si on peut regretter l'absence du chanteur Martin Barnard parti vers d'autres horizons on ne peut que fondre à l'écoute de la troublante Wendy Stubbs dont le timbre soyeux et puissant impressione encore plus que sur disque.

Le trio de musiciens qui l'accompagne est discret et économe de gestes, restranscrivant à merveille des compositions ô combien sophistiquées.

En particulier le cerveau des Bristoliens Corin Dingley, batteur dont le jeu aérien installe dès les premières notes une ambiance feutrée que seules quelques envolées viennent troubler.

L'accent est mis sur le plus récent de leurs disques, avec quelques sommets ("For the wages", "Burn me again", "Stumbled", "A little poison") des interludes instrumentaux et quelques titres plus anciens.

Des frissons parcourent les vieux fans lorsque retentit "Somewhere not here", bijou intemporel tiré du 1er LP précité.

L'intensité ne retombe jamais et lorsque vient la fin de ce trop court moment, le reccueillement laisse place à une ovation qui ne laisse pas insensible les Anglais, pas plus connus Outre Manche qu'ici.

Très disponible après, la chanteuse semble presque surprise de nos louanges, tout comme l'accueil reçu à Paris et Dijon, l'humilité des grands, assurément.

29 oct. 2008

Emission du 29 Octobre 2008

BOY CRISIS "Dressed to Digress"
MAGISTRATES "Make This Work"
LOVE IS ALL "Last Choice"
ENTERTAINMENT "U 1988"
CHAIRLIFT "Bruises"
AU REVOIR SIMONE "Sad song" (Pacific! remix)
GRACE JONES "Williams Blood" (Aeroplane remix)
THE MATTHEW HERBERT BIG BAND "The story"
JAZZANOVA "I Can See" (ft. Ben Westbeech)
Q-TIP "Won't trade"
CHASE AND STATUS "Against All Odds" (Ft. Kano)
KID SISTER "Get Fresh"
KUDU "Boom Boom"

Télécharger l'émission

25 oct. 2008

The Subways

24 Octobre 2008, Cabaret Aléatoire.

Arrivé trop tard pour voir autre chose que leurs deux derniers titres, dont une reprise du "Disorder" de Joy Division, je me garderai bien de tout jugement hâtif sur la première partie Quidam.

La salle n'est pas archi pleine mais compte tenu de la concurrence ce soir c'était pas mal.

Un peu à l'image du succès d'estime des Subways sortis de leur perfide Albion, apparus en 2005 un peu en même temps que les Arctic Monkeys et autres Editors.

Mais leur public aussi jeune qu'eux (moyenne d'age 18 ans à vue de nez) a du répondant, une ambiance tellement hystérique que le concert sera interrompu au troisième morceau après qu'une barrière se soit écroulée.

Ca pogote, ça slamme, ça tape des mains et surtout ça crie, l'espace d'une heure et des poussières les souvenirs des débuts de Supergrass et Ash ressurgissent et franchement ça fait du bien.

Comme leur ainés, le combo mené par Billy Lunn à la guitare et Charlotte Cooper à la basse n'inventent strictement rien mais joue la carte power pop à fond les ballons.

Des morceaux de pas plus de 3 minutes exécutés vite et fort, et une ambiance qui mis à part l'incident du début ne retombe jamais.

Beaucoup d'énergie et de gesticulations en tout genre mais pas de frime ou de pose, ces gamins sont là pour s'amuser et interpellent sans cesse leurs fans.

Cette fraîcheur communicative excuse quelques paroles et riffs faciles et font passer un super moment au rythme des récents "Kalifornia", "Alright" aux toujours efficace "Oh yeah.

Sans surprise c'est avec le tapageur "Rock'n'roll queen que se finit le show, le chanteur se jette dans le public, fait hurler les deux cotés de la salle sous l'œil amusé de sa muse.

Nul ne sait si le groupe passera le cap du troisième album dit de la maturité ou splittera dans la plus grande indifférence mais une chose est sûre, il laissera de bons souvenirs.

22 oct. 2008

Emission du 22 Octobre 2008

EMPIRE OF THE SUN "Walking On A Dream"
PRIMAL SCREAM "Uptown" (Calvin Harris Edit)
TV ON THE RADIO "Dancing Choose" (Prefuse 73 Remix)
THE NOTWIST "Boneless" (Panda Bear Remix)
ELVIS PRESLEY "Crawfish" (Pilooski edit)
MERCURY REV "Senses On Fire" (Fujiya & Miyagi Remix)
OASIS "The Shock Of The Lightning" (Primal Scream Remix)
ROOTS MANUVA "Let The Spirit" (Ross Orton And Toddla T Remix)
MR OIZO "Steroids" (ft. Uffie)
SLAKAH THE BEATCHILD "What's This Feeling"
MADLIB THE BEAT KONDUKTA "Yo Yo Affair Pt. 1 & 2"

Télécharger l'émission

18 oct. 2008

IAM

L'Affranchi, 17 Octobre 2008

C'est devant une poignées de privilégiés qu'IAM finit sa dernière tournée et fête par la même occasion ses 20 ans, dans une bien plus petite salle que celles qu'ils remplissent d'habitude.

Alors que le tout-Marseille est du coté de la Fiesta, amis, famille et quelques médias locaux ont rendez vous dans l'antre hip hop qui les a vu débuter et répéter, un retour au bercail intimiste et bon enfant.

Je ne gardais pas un super souvenir de la dernière fois où je les avais vu, en 2004 à Belfort époque "revoir un printemps" avec un Freeman saoulant qui parasitait les 3/4 du temps.

O joie, il a quitté le groupe cet été, il n'en sera d'ailleurs jamais question, peut être une brouille ou je ne sais quoi mais qualitativement cela s'entend, même le jeune Said qui les accompagne est nettement plus agréable à écouter, malgré quelques vibratos à la limite de la variété.

Akhenaton et Shurik'n font le show avec Kephren qui a du arrêter la danse depuis un moment, Kheops aux platines et plus loin le génial Imhotep est juste derrière un ordi.

Il y a également des musiciens qui rejouent certaines instrus et soutiennent discrètement les mc's.

Show très pépère, les Marseillais ne font pas dans la surenchère et enchaînent les grands classiques avec quelques titres récents bien efficaces comme "Une autre brique dans le mur" ou "Çà vient de la rue".

Un peu déçu qu'ils fassent l'impasse sur les premiers albums, pour les 20 ans c'eût été intéressant de réentendre "Attentat", "Tam Tam de l'Afrique" ou "Une femme seule", seule une version bien funky du "Mia" rappellera de très vieux souvenirs.

Par contre très content d'entendre l'épique "La fin de leur monde", titre fleuve vraiment terrassant, presque du niveau de "Demain c'est loin" qui clôture le set,les toujours pertinents "Petit frère" et "Nés sous la même étoile" ou encore "Samurai" du solo de Shurik'n qui se révèle étonnant chanteur sur "Au quartier".

D'autres moments plus anecdotiques et une ambiance un peu timide ternissent un peu le tout mais dans l'ensemble c'était un bien bel anniversaire.

21 Love Hotel + Technicolor Hobo

Paradox, 16 Octobre 2008.

Plateau très plaisant dans cette salle discrète et accueillante rue d'Aubagne.

Ca faisait un moment que j'avais envie de voir Technicolor Hobo après une discussion passionnée avec le leader Patrick Atkinson, Anglais à la culture musicale érudite, installé à Marseille depuis quelques années.

Ils tournent depuis deux ans et viennent de finir leur premier album qui s'il est aussi enthousiasmant que ce concert devrait valoir le coup.

La salle au départ peu remplie est progressivement captivée par des compositions tour à tour plutôt variées, on ne sait jamais trop dans quelle direction les musiciens vont s'embarquer même si dans l'ensemble ça sonne pop, avec un coté jazz souvent présent.

Le chanteur croone un peu à la manière de David Sylvian ou Liam McKahey (s'il y en a qui se souviennent de Cousteau...) avec des titres prenants comme "I'll take you there" ou l'impressionnant "Transparent" et d'autres plus légers où le groupe semble bien s'amuser.

Après cette bonne prestation place aux Parisiens de 21 Love Hotel qui m'ont également bien plu.

Leur son est plus étoffé et nourri d'influence très americana, on pense un peu à Tarnation ou Shivaree selon les morceaux, avec pas mal d'instruments qu'on a pas forcément l'habitude d'entendre, piano vintage, banjo et cet espèce d'oscillateur qu'utilisait Radiohead un temps.

Impeccablement lookés et menés par une chanteuse craquante, ils arrivent à transformer le temps d'un live les lieux en saloon avec des chansons enlevées et d'autres plus planantes, parfaites pour terminer la soirée, avec cerise sur le gâteau une reprise réussie de "The mercy seat".

15 oct. 2008

Emission du 15 Octobre 2008

PSAPP "The Monster Song"
GOLDEN SILVERS "Magic Touch"
THOSE DANCING DAYS "Home Sweet Home"
LOVE IS ALL "RUMOURS"
THE JUAN MAC LEAN "Find a way"
CODEBREAKER "Fire" (ft Kathy Diamond)
LUOMO "Love You All" (With Sascha Ring)
RADIOHEAD "Reckoner v2.0" (Diplo In A Train Wreck Mix)
MISS PLATNUM "Give Me The Food" (Busy P & DSL remix)
MR OIZO "Two Takes It" (ft. Carmen Castro)
DR DOOOM "R.I.P. Dr. Octagon"
ALTON ELLIS "It's a shame"

Télécharger l'émission

10 oct. 2008

Phoebe Killdeer & The Short Straws

Poste à Galène, 9 Octobre 2008.

Une fois n'est pas coutume c'est à la télévision que j'entendis pour la première fois Phoebe Killdeer, roupillant devant un Taratata dont j'ai oublié les autres invités depuis.

Ce n'est pas tant la prestation de l'australienne qui m'avait marqué mais son backing band aux frimousses déjà croisées à Marseille, le bassiste Alex de Nation All Dust et le guitariste Cedric de John qui avaient l'air de bien s'amuser.

Pour autant le concert retour au bercail de ce soir est loin d'afficher complet, l'album de la miss ayant un succès pour l'instant confidentiel.

Dommage parce qu'on a affaire à une longiligne chanteuse de caractère, qui semble avoir écouté beaucoup de blues et calqué ses mimiques sur Siouxsie ou Nina Hagen.

Dans le meilleur des cas ça donne des morceaux habités, nerveux ou plaintifs, mais parfois un peu too much pour qu'on adhère totalement.

Une partie du public peu respectueuse ne se gênait d'ailleurs pas pour gacher les titres les plus calmes de bavardages de comptoir assez désagréables.

Les premiers rangs par contre sont conquis, ça danse gentiment et tape des mains quand il faut, et comme Phoebe est plutôt du genre à ne pas se prendre au sérieux, le concert, pas inoubliable mais plaisant, durera un peu plus longtemps avec un second rappel longuement réclamé.

Typiquement le genre d'artiste à enflammer un festival ou une plus grande salle à l'avenir, si elle a la chance de décrocher un tube radio ou publicitaire plus tard.

Setlist : Intro / He's gone / Paranoia / Walter / Jack / Fast Song / Clawfish / Let me / Licorice Skies / Light that match / How far / Bait / Never tell a lie / Baby girl / What I say

9 oct. 2008

Emission du 8 Octobre 2008

LADYHAWKE "Professional Suicide"
EMPIRE OF THE SUN "Walking on a dream"
TV ON THE RADIO "Dancing choose"
MGMT "Of Moons Birds and Monsters" (Holy Ghost! Remix)
CSS "Move" (Metronomy Remix)
THE VIRGINS "Rich Girls" (The Twelves Remix)
PHOEBE KILLDEER & THE SHORT STRAWS "Paranoia"
FRANZ FERDINAND "Lucid dreams"
THE STREETS "Heaven For The Weather"
KID SISTER "Family Reunion" (ft David Banner)
TERRY LYNN "Streetlife"
ROOTS MANUVA "Let The Spirit"

Télécharger l'émission

1 oct. 2008

Selection du 1er Octobre 2008

Pas d'émission cette semaine mais une sélection de quelques uns des meilleurs remixes du moment.

MIDNIGHT JUGGERNAUTS "Into The Galaxy" (Chateau Marmont Remix)
KAISER CHIEFS "Never Miss A Beat" (Cut Copy Remix)
WALTER MEEGO "Forever" (Escort Remix)
IN FLAGRANTI "Business Acumen" (Holy Ghost! Cover Version)
!!! "Yadnus" (Danton Eeprom remix)
LYKKE LI "Breaking It Up" (Danton Eeprom remix)
PRIMAL SCREAM "Uptown" (Long After The Disco Is Over Mix)
DAVID HOLMES "I Heard Wonders" (Andy Weatherall Vocal Mix)
JAMES YUILL "This Sweet Love" (Prins Thomas Sneaky Edit)
FONTAN "Early Morning" (Version by Studio)

Télécharger le mix

28 sept. 2008

Marsatac 2008 (3/3)

Esplanade J4, 27 Septembre 2008

Dernier soir qui visait le public rock et surtout electro venu plus tardivement que la veille, avec encore de plus ou moins bonnes choses.

Les hostilités commencent avec Nevchehirlian, le groupe de Fred de Vibrion qui avait ouvert ce même festival il y a quelques années, dans un registre plus slam/electro alors très original.

Ce projet là est plus classique dans la forme, du rock à texte qui fait penser dans le meilleur des cas à Diabologum, Dominique A voire Noir Désir (les affiches partagées avec Serge Tessot Gay n'y sont surement pas étrangères), avec un chant scandé accompagné de deflagrations electriques qui font leur effet.

L'accueil est correct pour l'unique groupe local de la soirée, en attendant qu'ils fassent parler d'eux discographiquement l'an prochain.

Leur dernier album est passé innaperçu mais on est vraiment content de voir pour la première fois ici les Allemands de The Notwist, parmi les plus dignes émules de New Order.

On aime la mélancolie du chanteur Markus Acher, cette facilité à enchainer morceaux electro pop très simples avec des choses plus rock, et ce goût de l'experimentation qui leur fait rallonger et rendre méconnaissables certains titres.

Et puis il y a ce facetieux Martin Gretschmann aux claviers qui commande ses machines avec des manettes de console de jeux, comme dans son autre groupe...Console.

Pas de "Chemicals" ou de "One with the freaks", tubes pourtant incontournables mais un beau "Pick up the phone" et surtout un enchaînement redoutable "Neon Golden"/"Pilot" avec pour ce dernier une version épique avec un long passage dub tout simplement bluffant.

A ceux qui trouveraient tout celà trop cerébral, les Polysics arrivent tout d'orange vêtus avec leur punk idiot vaguement inspiré par Devo, amusant quelques morceaux, notament pour une version de "My Sharona" un poil plus drôle que celle des Conards.

Mais les meilleurs blagues sont souvent les plus courtes, on se dirige vers l'autre scène qui accueille Chloé qui comme pour James Holden repose la question sur la pertinence de programmer des artistes issus de la scène minimale ou IDM dans un festival, si l'on est pas initié, on se fait chier.

Ebony Bones au contraire a toute sa place ici, bien que n'ayant pas encore sorti d'album, leur punk funk débridé est idéal pour enflammer le chapiteau.

Depuis sa découverte en début d'année impossible de se passer de leur single "We all know about you" et agréablement surpris qu'une de leurs premières dates françaises soit ici, pour une fois AVANT les Transmusicales où ils vont cartonner à coup sûr.

La chanteuse et ses choristes sont fantasques, la section rhytmique tribale et chaque titre pulse d'énergie communicative, de "Don't fart with my heart" à "Love and boredom" c'est un des grands moments de cette édition, peut être le meilleur live avec Saul Williams la veille.

On ne s'attardera pas sur les pas très folichons Minitel Rose pour signaler le carton plein de Boys Noize dont le son saturé peut paraître un peu vain à la longue mais procure quelques sensations fortes et pousse indéniablement à se déhancher.

Le week-end s'arrête là pour ma part, on espère que Marsatac trouvera un lieu digne de ses aspirations l'an prochain (le J4 ne sera pas dispo) et une programmation encore plus intéressante, la forte affluence de ces trois soirs a démontré que Marseille n'est pas toujours une ville morte quand il s'agit de musiques actuelles.

(Photo
pirlouiiiit)

27 sept. 2008

Marsatac 2008 (2/3)

Esplanade J4, 26 Septembre 2008

Deuxième soir à la tonalité hip hop et très grosse affluence comparée à la veille, et de bons concerts dans l'ensemble.

J'arrive trop tard pour les Platinum Pied Pipers dont j'ai eu de bons échos, je me rabats sur la fin du set de Patrice.

Un peu perdu de vue depuis son premier EP (le beau "Lions" en 99), j'ignorais qu'il avait un tel succès au point de remplir à craquer le grand chapiteau, un vrai plebiscite d'entrée de jeu.

En même temps à Marseille on aime le reggae et le ska festif et dans le genre l'Allemand et son groupe sont plutôt efficaces et dansants, avec des morceaux taillés pour la scène comme "Soulstorm" ou "Up in my room" dans des versions musclées dirons nous.

Atmosphère nettement plus sombre et electrique sur la scène Major avec sans conteste le meilleur live de la soirée, Saul Williams.

Son passage en 2005 au Moulin est encore dans toutes les mémoires, une claque magistrale confirmé par ce concert encore plus apocalyptique.

Toujours accompagné du sorcier des platines dj Ex Kidtronix avec cette fois un clavier et un guitariste furibard, il captive, choque, agresse, vocifère, scande ses textes avec une énergie et une conviction telle qu'on est scotché voire étouffé du début à la fin.

Son repertoire parle de lui même, des brulôts "Grippo" et "Black Stacey" qui ont déjà fait leurs preuves au plus récents "TR(n)igger", "World on wheels" et "Niggy Tardust", c'est une nouvelle attaque massive dont on ne sort pas vraiment indemne et à coté de laquelle le reste va fatalement moins marquer.

Voir paraître bien fade comme l'inexplicable succès d'Hocus Pocus, dont l'approche musicale louable ne peut excuser une telle indigence, que ce soit au niveau des textes pontifiants ou du flow digne de Manau.

On va plutôt découvrir les Anglais de Foreigne Beggars qui surprennent agréablement, niveau son le dj Nonames la joue résolument old school avec quelques incursions electro bienvenues et coté Mc's, Orifice Vulgatron et Metropolis font un peu penser un Roots Manuva qui freestylerait avec Eminem.

Cerise sur le gateau, un impressionant beatboxer gringalet, un certain Rix One (pas sûr de l'orthographe) vient dynamiter la fin du set avec des prouesses bucales qui rendent un peu caduque le live de Bauchklang sur la grande scène, de toute façon déjà vus lors d'une précédente édition.

Cette fois on ne quitte pas la grande scène pour la tête d'affiche De La Soul, pour lesquels j'avais peur d'être déçu vu les concerts en demi teinte d'autres légendes du genre.

Eh bien malgré une crainte légitime lors des premières minutes de réglage c'était vraiment chouette de voir ces idoles s'amuser comme à leurs débuts, avec leur cargaison de tubes piochant dans quasiment tous leurs albums.

""Potholes in My Lawn", "Me Myself And I", "A Roller Skating Jam Named Saturdays", "Ego Trippin", "Stakes Is High", "Oooh.", "All Good?" et bien sûr leur premier hit en France ""Ring Ring Ring (Ha Ha Hey)" qui rappelle d'excellents souvenirs.

Pas inoubliable mais rien de désagréable dans ce concert qui a fait chapiteau comble, lequel commence à considérablement se vider après, mais il reste encore pas mal de monde pour les chantres du dubstep Benga & Skream.

Un son massif qui rencontre un bon accueil, avec des infrabasses sur lesquelles il est difficile de ne pas se remuer, d'autant que les mc's de Foreign Beggars s'invitent à la fête et viennent poser sur ces rhytmes prenants idéaux pour finir une soirée bien ficelée.

(photo
Pirlouiiiit)

26 sept. 2008

Marsatac 2008 (1/3)

Esplanade du J4, 25 Septembre 2008.

Sympathique soirée d'ouverture pour cette 10ème édition qui proposait un plateau de musiciens Africains connus et reconnus, une création et un fantastique dj pour finir.

Vu que la fin de Manu Dibango qui jouait très tôt, beaucoup de cuivres et de chœurs haletants pour accompagner le grand saxophoniste tout de blanc vêtu qui clôture son set avec une version d'au moins dix minutes de son fameux "Soul Makossa".

Mix Up Bamako pronâit le mélange des genres avec pas mal de musiciens Maliens et d'ailleurs, dont un percussionniste infatigable et une chanteuse au timbre impressionnant.

L'alliance de beats electro ou house avec des sonorités plus traditionnelles fonctionne bien, l'ambiance bon enfant et à part quelques morceaux plus lents, le groove a ravi son monde.

Vu en partie le moment de bravoure Afro Beat de Seun Kuti & Egypt 80 avec Tony Allen, toujours très physique comme musique, mais pour une raison qui m'échappe j'aime moins que ce que fait le frêre Femi.

Pour les plus endurants, et il en reste pas mal pour un jour de semaine, le dj Gilles Peterson a sélectionné une série de bombinettes imparables, commençant en fanfare avec le fameux morceau
"Yegelle Tezeta" de l'Ethiopien Mulatu Astatke que beaucoup ont découvert dans le film "Broken Flowers".

Le reste de la playlist est à l'avenant, de Fanga remixé par Diplo à son poulain Ben Westbeech en passant par Seu Jorge et des tas de titres funk, soul, electro, drum'n'bass obscurs dont le résident de la BBC a le secret, sans oublier d'inclure de grands classiques de Marvin Gaye ou des Specials.

A trois heures du mat on en redemandait mais le site allait bientôt fermer ses portes, en attendant les deux grosses soirées hip hop et electro-rock qui devraient tout autant dépoter.

24 sept. 2008

Emission du 24 Septembre 2008 (Speciale Marsatac)

Invité : Dro Kilidjian, programmateur du festival.

MANU DIBANGO "Soul makossa"

SEUN KUTI & EGYPT 80 "Mosquito Song"
PLATINUM PIED PIERS "50 ways to leave your lover"
LOOPTROOP ROCKERS "Marinate"
SAUL WILLIAMS "World On Wheels"
DE LA SOUL "Oooh" (ft. Redman)
EBONY BONES "We Know All About You"
POLYSICS "Rocket"
THE NOTWIST "Pilot"
MINITEL ROSE "Elevator"
BOYS NOIZE "& Down"

Télécharger l'émission

17 sept. 2008

Emission du 17 Septembre 2008

DAVID HOLMES "I heard wonders"
GANG GANG DANCE "House Jam"
REX THE DOG "I Can See You, Can You See Me ?"
LADYHAWKE "Dusk till dawn" (The Shoes remix)
OASIS "Falling down" (the Chemical Brothers remix)
GRINDERMAN "No Pussy Blues" (Freeland Dub)
JOHNNY CASH "Folsom Prison Blues" (Pete Rock Remix)
GABRIELLA CILMI "Sweet About Me" (Ashley Beedle Vocal Mix)
LEE 'SCRATCH' PERRY "Santa Claus"
PITBULL "Crazy" (ft. Lil Jon)
BLAQSTARR "Bang Hard"
GZA/GENIUS "Alphabets"

Télécharger l'émission

10 sept. 2008

Emission du 10 Septembre 2008

ESSER "Headlock"
LADYHAWKE "Dusk till dawn"
EMILIANA TORRINI "Big Jumps"
DAVID BYRNE & BRIAN ENO "Strange Overtones"
FUJIGA & MIYAGI "Knickerbocker"
TV ON THE RADIO "Golden Age"
EINE KLEINE NACHT MUSIK "Ertrinken"
ANNIE "I Know Ur Girlfriend Hates Me" (Feadz Remix)
WHITE PONY "Shimmy Shimmy Ya (ft.Josephine Philip)
TITTSWORTH "WTF" (ft. Kid Sister & Pase Rock)
COUNT AND SINDEN "Hardcore Girls" (ft. Rye Rye)
JAY-Z "Jockin' Jay-Z"

Télécharger l'émission

20 août 2008

Selection du 20 Aout 2008

JOHN LEGEND & ANDRE 3000 "Green Light" (MSTRKRFT Remix)
KID CUDI "Day 'N' Nite" (Crookers Remix)
BLOC PARTY "Mercury" (CSS Remix)
LATE OF THE PIER "Heartbeat" (Hot Chip Remix)
CUT COPY "Hearts On Fire" (Holy Ghost! Remix)
ALLEZ ALLEZ "Allez Allez" (Aeroplane Remix)
ISAAC HAYES "Zeke the freak" (Todd Terje re-edit)
FRANKIE VALLI & THE FOUR SEASONS "The Night" (Pilooski Re-Edit)
LOW MOTION DISCO "Things Are Gonna Get Easier" (Sebastien Tellier Vocal Remix)
FEIST "I feel it all" (Diplo's plastic mix)
RUBBER ROOM "Dark Desire" (Rubber Room Rerub)

Télécharger le mix

13 août 2008

Selection du 13 Aout 2008

HERCULES AND LOVE AFFAIR "Hercules theme"
MOBY "I Love To Move In Here" (Holy Ghost! Remix)
CSS "Move" (Cut Copy remix)
MORGAN GEIST "Most of all"
JAMES PANTS "Crytal lite" (ft. Deon Davis)
KELLEY POLAR "Sea of sine waves"
LOW MOTION DISCO "Love love love" (Soft Rocks remix)
DAS POP "Fool for love" (Aeroplane remix)
THE KILLS "Cheep and cheerful" (SebastiAn remix)
JAMIE LIDELL "Little bit of feelgood" (Mr Oizo remix)
JIMMY EDGAR "Turn you inside out"
WALTER MEEGO "Keyhole"
RATATAT "Shempi"

Télécharger le mix

6 août 2008

Selection du 6 Aout 2008

MGMT "Electric feel" (Aeroplane remix)
SHOOT OUT LOUDS "Impossible" (Studio remix)
LADYHAWKE "Paris is burning" (Cut Copy remix)
LISA LI-LUND "Before I started to dance" (Chateau Flight mix)
KELLEY POLAR "Entropy reigns" (Pearson & Usher second law dynamix)
SAM SPARRO "21 Century life" (Dj Mehdi secret disco dub)
LYKKE LI "I'm good I'm gone" (Black Kids remix)
SUNNY DAY SETS FIRE "Wilderness" (CSS remix)
METRONOMY "My heart rate rapid" (Primary one remix)
HOLY FUCK "Lovely allen" (Riton re-rub)
BULGARI "Jewel of the Black sea" (Ultracity remix)
VAMPIRE WEEKEND "Cape Cold Kwassa Kwassa" (Ruckus Roboticus refix)

Télécharger le mix

30 juil. 2008

Emission du 30 Juillet 2008

JOAN AS POLICE WOMAN "To Be loved"
PRIMAL SCREAM "The Glory of Love"
GOLDEN SILVERS "Arrows of Eros"
LATE OF THE PIER "The Bears Are Coming"
BRAZILIAN GIRLS "Good time"
CSS "Left Behind" (Midnight Juggernauts Remix)
BEATVANDALS VS A-SKILLZ "Funky Sounds"
GIRL TALK "Set It Off"
STEREO MC'S "Get on it"
BASEMENT JAXX "Wheel N Stop" (ft. Serocee)
BOOM & BIST "Jamaican Boy" (ft. Brisa Roche & Lone Ranger)
LEE 'SCRATCH' PERRY "Fire"

Télécharger l'émission

23 juil. 2008

Emission du 23 Juillet 2008

FLEET FOXES "White winter hymnal"
NOAH AND THE WHALE "5 Years Time"
TILLY AND THE WALL "Pot Kettle Black"
ANNIE "My Love Is Better"
N.E.R.D. "My Drive Thru" (ft. Santogold & Julian Casablancas)
GIRL TALK "In Step"
KRAAK AND SMAAK "Squeeze Me" (A-Skillz Remix)
MOBY "I Love To Move In Here" (Holy Ghost! Remix Edit)
THE HEAVY "Coleen" (El-B Remix)
NIGHTWARES ON WAX "Da Feelin"
EINE KLEINE NACHT MUSIK "La Serenissima"
AIR FRANCE "No excuses"

Télécharger l'émission

16 juil. 2008

Emission du 16 Juillet 2008

FINDLAY BROWN "Promised land"
EMILIANA TORRINI "Me and Armeni"
THOSE DANCING DAYS "Run run"
IDA MARIA "I Like You So Much Better When You're Naked"
BLOC PARTY "Mercury"
OASIS " Falling Down" (Chemical Brothers Remix)
THE CHEMICAL BROTHERS "Midnight madness"
BASEMENT JAXX "Twerk"
A-SKILLZ "L.S.D."
GIRL TALK "Don't Stop"
ROOTS MANUVA "Buff Nuff"
NAS "Fried chicken" (ft. Busta Rhymes)
Q-TIP "Gettin Up"

Télécharger l'émission

10 juil. 2008

Emission du 9 Juillet 2008

BLANK & JONES "Miracle Cure" (ft. Bernard Sumner)
LATE OF THE PIER "Heartbeat"
ANNIE "Songs Remind Me Of You"
MORGAN GEIST "The Shore"
CSS "Move"
MICKEY MOONLIGHT "Interplanetary Music"
AIR FRANCE "June evenings"
MISSY ELLIOTT "Best Best"
GIRL TALK "Freak Out"
DJ SEGA "Last Resort"
MACHINES DON'T CARE "Sound Boy Massive"
ADELE "Hometown Glory" (High Contrast Remix)

Télécharger l'émission

2 juil. 2008

Emission du 2 Juillet 2008

LISA LI LUND "Before I started to dance" (Disco Kraut Version)
JENS LEKMAN "Sipping On the Sweet Nectar" (Bogdan Irkuk Love Nectar Mix)
CSS "Let's Reggae All Night"
THE BLACK GHOSTS "Until It Comes Again"
BECK "Gamma Ray"
LADYHAWKE "Paris is burning"
LITTLE BOOTS "Meddle"
ANNIE "Loco"
DIZZEE RASCAL "Dance Wiv Me (ft. Calvin Harris)
DJ Q ft. MC BONEZ "You Wot"
PASE ROCK "Get Money Kids"
A-SKILLZ "L.S.D."
AIR FRANCE "Collapsing at your doorstep"

Télécharger l'émission

26 juin 2008

Emission du 25 Juin 2008

PRIMAL SCREAM "Can't Go Back"
THOSE DANCING DAYS "Run Run"
HEMME FATALE "Peryglus Lucifer"
KELLEY POLAR "Magic dance"
MGMT "Electric Feel" (Justice Remix)
MOBY "I Love To Move In Here" (Holy Ghost! Remix)
LITTLE JACKIE "Crying For The Queen"
NINA SIMONE "Take Care Of Business" (Pilooski Edit)
KRAAK & SMAAK "Squeeze me" (ft. Ben Westbeech)
THE BPA "Toe Jam" (ft. David Byrne and Dizzee Rascal)
SONNY J "Belly bongo"
GIRL TALK "Drop It"

Télécharger l'émission

18 juin 2008

Emission du 18 Juin 2008

LADYHAWKE "Paris is burning"
SANTOGOLD, CASABLANCAS, N*E*R*D* "My Drive Thru"
TILLY AND THE WALL "Beat Control"
QUITZOW "Better Than Ever"
HEMME FATALE "Animal Lover"
SONNY J "Handsfree"
FAKE BLOOD "Mars"
KID CUDI "Day 'N' Nite" (Crookers Remix)
ESTAW "Break It Down" (Ft. J-Cast)
DIZZEE RASCAL"Dance Wiv Me" (ft. Calvin Harris)
LIL WAYNE "Dr Carter"
BUMCELLO "One Two Three" (ft. Blackalicious)

Télécharger l'émission

11 juin 2008

Emission du 11 Juin 2008

CSS "Left behind"
LADYHAWKE "Paris is burning"
THE VIRGINS "She's Expensive"
HOLY HAIL "Cool Town Rock"
FREE BLOOD "The Royal Family"
WALTER MEEGO "Keyhole"
SOPHIE ELLIS-BEXTOR "Heartbreak Make Me a Dancer"
ANNIE "I know Ur girlfriend hates me"
AUDIO BULLYS "Gimme that punk"
HADOUKEN! "Crank it up"
DIZZEE RASCAL"Dance Wiv Me" (ft. Calvin Harris)
ROOTS MANUVA "Buff nuff"
GIANT PANDA "Speakers Pop"
LEILA "Ur Train" (with Luca Santucci)

Télécharger l'émission

7 juin 2008

Seconde Nature

6 Juin 2008, Aix En Provence
Pour cette nouvelle édition le festival Seconde Nature se déplace de la Fondation Vasarely à la Cité Du Livre.
Un endroit vaste presque aussi classe et idéal pour ce genre de manifestations car mi couvert mi plein air, pratique pour les fumeurs.

A coté de l'amphitéatre et du bar il y a des projections vidéos et des animations très art-contemporain-on-comprend rien avec notament un gars dans une énorme bulle, euh oui, on va passer directement aux concerts.

Le groupe qui débute est celui pour lequel je fais principalement le déplacement, Chromatics truste en effet ma platine depuis des mois et c'est une vraie joie que leur première date Française soit dans la région.

Comme tout concert de gens que vous aimez il y a toujours une crainte d'être déçu, que les conditions ne soient pas bonnes, que le public siffle...

Heureusement l'accueil est plutôt chaleureux mais le live n'était pas aussi parfait que les disques, le son pas toujours à la hauteur (ces infrabasses sismiques sur "Hands in the dark" tenaient du supplice) et le chant n'est pas objectivement très juste.

Mais on n'est pas à la Nouvelle Star et les limites vocales de Ruth Radalet (moulée dans une superbe robe à paillettes) la rendent encore plus touchante que sur disque.
Accompagnée d'un guitariste, un clavier et un batteurs jouant tout en retenue, elle arrive à de nombreuses reprises à restituer la magie de leur album "Night drive" avec une cold wave très minimaliste dynamisée par une étonnante ryhtmique italo disco.

Ca débute avec une version méconnaissable du "I'm on fire" de Springsteen puis quelques titres de leur dernier lp.
"Night drive", "In the city", Healer" sont progressivement plus relevées mais le climax est atteint avec une version fantastique d'"I want your love" qui soulève la foule encore chiche à cette heure.
Il finissent avec une autre reprise avec la même construction, "Running down the hills" qui arrive presque à faire oublier Kate Bush.

On sent le groupe humble voire effacé avant de partir mais proche de ses nouveaux fans, dont la ferveur est récompensée par de cd's gratuits, sympa comme tout vu la distribution hasardeuse de leur label en France.
D'ailleurs pour les amateurs de Italians do It Better qui lisent cette chronique, signalons que le groupe du clavieriste, Glass Candy sera en concert le 26/07 à Hyères au festival Midi.

Les deux artistes qui suivent sont signés sur le même label Warp mais évoluent dans des genres différents.

Flying Lotus est Américain (et a un autocollant Obama sur son laptop) et jour plutôt hip-hop.
Des beats concassés à la Dj Shadow, avec des productions qui lui sont propres et des samples trafiqués d'artistes plus ou moins pointus (Mr Oizo, Burial, mais aussi 50 cent).
Le set est intéressant, parfois impressionant, mais le hic c'est très souvent il s'arrète pour on ne sait quelle raison (les mauvaises langues diront pour se faire acclamer) et cela nuit un peu au rhythme de l'ensemble.

Au contraire la prestation plus electro de Clark ne souffre d'aucun temps mort, très technique, sophistiqué, bourrin mais pas trop.
Difficile d'accès sur disque, cet émule d'Aphex Twin est redoutable en live et en mix et prépare on ne peut mieux le terrain à la tête d'affiche du soir.

Le long mix (plus de 3 heures)de Laurent Garnier est sans doute le plus réussi du lot mais celui qui m'a le moins emballé, peu habitué aux sets techno purs et durs.
Le début house avec un sample de Nina Simone était bien agréable mais au bout d'une demi-heure, grosse lassitude, l'impression d'entendre toujours la même chose, avec des bpm toujours plus répétitifs.
Je laisse aux spécialistes le loisir de laisser leurs impressions, la foule était de toute façon à fond, faisant trembler la piste à en donner le tournis jusqu'à l'aube.